Accéder au contenu principal

Attrape moi si tu peux...

 
Ma filleule de trois ans a ce que l'on appelle des "terreurs nocturnes". Je me suis donc mis en tête de lui fabriquer un attrape-rêves en espérant qu'elle y croit assez fort pour faire moins de cauchemars. (Ce serait bien pour elle mais aussi pour ses parents...) J'en ai moi-même un que ma mère m'a offert quand j'étais jeune et je ne fais jamais de cauchemars. Je ne sais pas si c'est grâce à lui ou tout simplement à mon sommeil de plomb mais ça ne coûte rien d'y croire. Espérons que pour elle, ça marchera!
 
 
 
 
 
Pour le faire, j'ai utilisé :
- un cercle en métal
- du coton rose et du coton blanc
- des plumes blanches et vertes de deux tailles différentes
- des perles blanches
- un cordon en suédine accordé à mon coton rose
- une pierre de lithothérapie : la fluorite verte pour favoriser la paix, l'équilibre et la concentration
 
 
Comment faire ?
1) Entourez le cercle de coton de la couleur de votre choix. Prenez un coton épais, ainsi un seul tour suffira. Mettez un point de colle au début et à la fin de votre travail.
2) Avec un coton d'une autre couleur, faites le tressage central en y insérant une perle, une pierre ou ce que vous souhaitez. De nombreux tutoriels sont disponibles sur internet. Personnellement, j'ai pris celui-ci : |Tutoriel| L'ATTRAPE-REVES . Attention à la régularité de votre tissage!
3) Coupez votre suédine en trois morceaux égaux. Placez-les sur votre travail. Glissez les perles. Mettez une pointe de colle sur vos plumes avant de les glisser dans les perles.
4) Pour l'attache, j'ai réalisé un tissage dit "paracorde" que j'ai glissé en haut de mon cercle. Mais d'autres attaches sont possibles, à vous de choisir ce que vous préférez.
 
Et paf, ça fait un attrape-rêves!
 
 
A vous de jouer!
 

Posts les plus consultés de ce blog

Mes pages du challenge de l'été Diy&Cie

Et voilà, le challenge est terminé! 
Nous n'avons malheureusement rien gagné avec ma Mom mais nous nous sommes bien amusées!! Et avons scrapé autrement grâce aux contraintes de la team Diy&Cie.  Merci à elles! Et vivement le prochain challenge!
Escale 1 Une obligation de couleurs pour cette première escale : du vert, du bleu, du rouge, du jaune et du noir pour mettre en valeur cette photo de moi et ma Brioche de meilleure amie (on the road to the Hell-fest). 
J'ai découpé des bandes de papier de 0,5 cm que j'ai collé en quinconce et en alternance de couleurs. La citation vient d'un papier Kesi'Art, les tampons de chez Action, le coeur trombone de chez Zeeman et les dies Trio de cactus de chez Diy&Cie. 

Escale 2 Pour cette page, nous avions plusieurs obligations : intégrer un morceau de carte routière, mettre un avion ou un oiseau ainsi qu'un titre et une citation et enfin utiliser de la texture. 
Merci à Inès Hachou pour cette très belle photo de moi et mon …

Victoria de Nimuë

Et voilààaaaa ! J'ai enfin terminé le point de croix réalisé pour ma maman : 
Victoria 
de Nimuë Broderie, d'après un dessin de Sandrine Gestin.


Je suis très contente du résultat final.  C'est une habitude avec les points de croix de Nimuë : je les adore! Elle a le souci du moindre détail et respecte le travail de l'artiste.


Les finitions en perles et les bijoux choisis sont délicats et rendent hyper bien, autant dans le style que les coloris.



Les détails les plus fins (à savoir les yeux, le nez et la bouche) sont réalisés en points 1/1 et en 1 fil, un travail de patience qui demande beaucoup de minutie... (et j'ai même pas pété un câble en les brodant!!! ^^)

Je n'ai pas brodé tous les jours bien sûr mais en tout, j'y aurai passé un peu plus d'un an. Un mal nécessaire! ^^
Je repartirai bientôt sur un nouveau projet point de croix encore de Nimuë et encore inspiré de Sandrine Gestin :  la Reine des Fées. Mais pour le moment, je vais déjà finir mes trico…

Kumihimo

Le Kumihimo ( 組紐 de 組む kumu nouer, tisser et 紐  himo cordon, ficelle) est une technique de tissage japonaise qui permet de réaliser un cordon plat ou rond très solide et dont les noeuds se défont difficilement. Ces cordons tissés à partir de plusieurs fils de soie étaient utilisés à l'origine comme accessoires décoratifs dans les tenues des nobles et des moines puis, plus tard, dans celles des samourais. Les motifs, formes et couleurs utilisés pour réaliser ces cordons étaient codifiés suivant le rang et la classe de la personne. Ce n'est qu'au XVIIe siècle que son utilisation se généralise à la population et devient un élément de la vie quotidienne. Aujourd'hui, au Japon, il sert principalement à l'ornement du obi, large ceinture entourant le kimono à la taille et est appelé obijime. Actuellement, cette technique de tissage se généralise dans le monde pour la création de bijoux, bracelets, colliers, etc.  Au Japon, on utlise le Marudai en bois traditionnel pour l…